Bariloche (1/2)

Ville très très touristique, dont les Argentins sont particulièrement friands pour leurs vacances (été comme hiver), j’arrive dans le Courchevel Sud-Américain. Simple mode ou réel cadre enchanteur bien aménagé, je vais voir cela …

J’ai réalisé beaucoup de sorties pour cette ville. Je découpe à nouveau l’article en 2 parties … Quel suspens ! 😉

Bariloche

Les chalets luxueux bordent la route et le centre regorge de restaurants et boutiques aux prix exorbitants. Les constructions ont un certain style qui rappelle la Suisse mais l’authenticité n’y est pas vraiment, (mauvaise) foi de Savoyard ! 😉

L’église me semblait sortir un peu du lot jusqu’à ce que je me rende compte que des barres de fer sortent du plafond 🙂 Par contre, la série de bas-relief de la passion du Christ y est originale et étonnante : on retrouve Jésus entouré de gardes en uniforme d’allemand de la seconde guerre mondiale par exemple …

Bariloche, c’est surtout, pour moi, un spot parfait pour les activités d’extérieur tout au long de l’année !

Parc municipal de llao llao

Pour ma première sortie, je privilégie le quasi plat du parc le plus à l’ouest de la ville. Le bus numéro 20 assure l’accès au nord du parc et le 10 le sud. Malin comme je suis ( … 🙄  ), je prévois de faire un itinéraire nord sud pour profiter des points de vue sans devoir faire l’aller-retour.

Facile d’accès avec une fréquence de 20 minutes, je profite du lever du jour sur le lac lors du trajet. L’arrivée se fait au niveau de l’entrée de l’hôtel de luxe dont le nom est justement celui du parc.

Après avoir quitté l’opulence, le chemin devient forestier et je recroise, entre autres, des bosquets d’arrayanes, déjà aperçus lors de l’ascension du Cani dans la région de Pucon.

Le sentier débouche finalement sur un petit lac avec une vue de toute beauté. Je comprends désormais pourquoi l’hôtel de luxe s’est implanté ici. Je me verrais bien avec une petite cabane dans la nature donnant sur cette même étendue d’eau 🙂

Je reste plusieurs dizaines de minutes à profiter de la vue sur  la montagne, de sa réflexion dans l’eau et de la pureté du lac. J’aime vraiment cet endroit (Moreno Beach).

Puis je me remets en chemin. J’ai repéré sur la carte qu’il y a un point de vue sur la colline qui est au centre de la partie nord. Forcément, impossible pour moi de passer à côté. Arrivé en haut, la vue sur les lacs environnants et sur les sommets enneigés est splendide malgré le temps très couvert ! 🙂

Comme prévu, je me dirige ensuite vers le sud, toujours dans un chemin forestier très agréable, longeant la côte de lacs de toutes tailles. La couleur et la transparence de l’eau est juste hallucinantes. Je n’ai jamais vu à une telle profondeur avec de tels reflets turquoises !

Après une grosse quinzaine de kilomètres, j’arrive fourbu mais heureux à 17 heures à l’auberge « Bahia Lopez », mon point de récupération au sud du parc. Et, c’est là que les choses se gâtent pour moi … 🙁 Je suis parti confiant de Bariloche, ville ultra touristique, où le bus n°20 passe toutes les 20 minutes, en me disant qu’il en était de même pour le bus n°10 qui dessert le sud … Grosse erreur ! Il y a un bus à 14:40, le suivant est à … 23:40 ! Evidemment, il n’y a personne dans le parc, rendant impossible tout retour en stop … Ma seule chance pour ne pas passer une partie de la nuit (qui s’annonce très fraîche) dehors est de rejoindre la colonie Suisse, à 6 kilomètres, où un bus passe dans 45 minutes. Autant dire que malgré la fatigue, cette portion s’est plus apparentée à du running qu’à de la visite guidée 😉 . J’y arrive quelques minutes avant le départ du bus, prenant juste le temps de faire quelques clichés (l’endroit doit être sympa en saison et en marchant 😀 )

En dehors de ma petite mésaventure, je suis ravi de ma journée dans ce parc. Les paysages sont magnifiques et variés, le sentier bien tracé et plutôt facile. Pour peu que l’on y accède par le sud pour pouvoir rentrer sans stress, c’est, selon moi, un incontournable au départ de Bariloche à la journée 🙂

Refuge Frey

Après cette (longue) mise en jambes, je veux prendre de la hauteur en me rendant au refuge Frey avec un dénivelé de 1000 mètres environ. Après renseignements pris au club Andins en ville, il me faudrait des crampons pour y parvenir … J’ai réussi à faire sans au Chili, je tente 🙂 En plus, une cascade et un point de vue sur le lac voisin vont agrémenter mon ascension.

En arrivant à l’entrée du parc (via le bus 50), c’est la douche froide ! À cause des conditions météorologiques, tous les sentiers sont fermés.

J’hésite un moment devant le panneau, jaugeant les risques et finalement, je me lance … sur les deux attractions toutes proches. Quelques mètres après l’entrée contournée, un panneau indique qu’un puma rode dans les parages et qu’il ne faut pas se balader seul… 😀 Disons que je serais plutôt très chanceux de voir son museau 😉 . Après quelques centaines de mètres (sans le moindre danger), j’arrive aux chutes d’eau.

Je poursuis l’ascension en étant le plus discret possible. La montée s’accentue un peu mais toujours pas le moindre flocon au sol. Dans les derniers cents mètres, je rencontre quelques rares plaques de neige, rien de bien effrayant. J’arrive sans encombre au panorama, qui est superbe. En regardant bien, je crois deviner où se situe le refuge, en bas des pics effilés. J’ai pris la bonne décision, je n’avais aucune chance de monter jusque là-haut. Il doit y avoir plusieurs dizaines de centimètres de neige fraîche de la veille.

Depuis ici, je peux d’ailleurs voir les infrastructures de la station de ski de Bariloche : le cerro Catedral. A 50€ le forfait de ski, on est clairement sur une gamme de prix équivalente à celle de France (ou plus chère au vu du domaine skiable). N’ayant pas l’équipement, je passe mon tour cette fois 😉 .

Après la descente, je profite du chemin qui longe le lac Gutiérrez et de ses quelques plages. C’est un endroit très tranquille où se sont implantés de nombreux chalets.

Une sortie beaucoup plus courte que prévue du coup mais qui vaut quand même le coup d’œil pour la belle vue depuis le mirador.

Quelque peu frustré dans mon effort, je ne peux pas me résoudre à rentrer si tôt à mon auberge. Je décide donc de faire une autre ascension, au cerro Campanario … dans le prochain épisode … 🙂

3 réflexions sur “Bariloche (1/2)

  1. Dumoulin Georgette et Laurent dit :

    Bonjour Antoine , juste un petit mot pour te dire que je te suis régulièrement et que tu me fais rêver !
    Magnifiques photos et superbes commentaires .
    Profites bien de ton voyage et prends soins de toi .
    Bisous

  2. Dumont dit :

    Des photos dignes de celles d.un calendrier (Christine precise dignes d’un magasine de reportages de voyages).
    Mémé dit « oh! » , puis « ah… ». Et puis soudain « aïe !… » ( la hanche !….)
    Très surprenant les arbres, comme fossilisés…. le rail du chemin de fer (en bois) ??, le lac……
    de bien belles images !
    On va vite regarder la suite sur Bariloche dans la foulée…

    Bisous de Mémé, Christine et Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.