Cafayate

A environ 200 kilomètres au sud de Salta, Cafayate est une petite ville tranquille qui est très loin de l’agitation de la capitale. On vient ici beaucoup plus dans un but touristique qu’utilitaire.

Cafayate

La ville est très réputée en Argentine pour ses vignobles. J’apprécie surtout son architecture coloniale et parfois complètement loufoque 😀 Malgré une déconvenue d’hôtel (voir la section pratique), l’endroit est très propice au repos par sa douceur de vivre et l’ambiance détendue de son centre.

Quelle que soit la direction que l’on prend pour sortir de Cafayate, il y a des choses à voir. Plein nord, les vallées calchaquies d’où je viens ; à l’est, la Quebrada de las Conchas et au sud les ruines de Quilmes pour finir sur une note historique. Vamos ! 😉

quebrada de las conchas

Sur environ 50 kilomètres, s’étire une splendide vallée. De nombreux tours sont organisés pour s’y rendre depuis Salta ou Cafayate avec le classique « bus – arrêts photos ». Après le temps passé dans les différents transports pour parcourir les vallées calchaquies, je décide de changer de moyen de locomotion pour prendre le temps d’apprécier l’environnement à mon rythme. Je loue donc un vélo et je me fais déposer à l’autre bout de la vallée. Il ne me reste « qu’à » revenir jusqu’à Cafayate 😉

Le premier arrêt se fait dans la gorge du diable (encore une, il semble en avoir beaucoup le gredin 🙂 ), une formation rocheuse en strates qui se sont affaissées, créant une belle courbure.

Le second stop se situe à seulement quelques centaines de mètres. Cela me laisse juste le temps d’apprécier ce qui m’entoure avant de déposer à nouveau le vélo.

Ici aussi, il s’agit d’une formation minérale mais, cette fois-ci, elle forme un cercle presque parfait sur plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Il n’est pas étonnant que l’endroit s’appelle « l’amphithéâtre ». Les sons rebondissent sur les parois et les enfants (et les plus grands) s’amusent avec l’écho 🙂

Les kilomètres défilent doucement à travers des paysages splendides. Par chance, il n’y a pas trop de vent et la pente de la route m’est plutôt favorable.

J’arrive finalement au point de vue des trois croix. Une butte permet de savourer le paysage en le surplombant un peu. Exactement ce que j’aime 🙂

Après la petite friandise de la descente, il faut reprendre les efforts sur ces faux plats (ne crois pas le loueur de vélo qui te dit que c’est tout plat : c’est un leurre !! 😉 ). Je suis pourtant loin de me plaindre tant je prends du plaisir dans cet environnement hallucinant.

Sur la route, je croise de nombreux animaux, tous plus étranges les uns que les autres ! Heureusement, ils me semblent assez inoffensifs.

À mi-parcours environ, une explosion de couleurs se produit sur les flancs des montagnes. Les contrastes de formes et de couleurs sont une nouvelle fois extraordinaires.

La route est excellente et le trafic relativement limité. Du coup, faire du vélo sur le bord ne présente pas trop de risques. Par contre, les incessantes montées et descentes commencent à faire leur effet…

Sur la fin de la Quebrada, l’élévation des montagnes diminue progressivement, créant des visions différentes, constituées plutôt de petits canyons, se rapprochant parfois d’un Monument Valley dans l’ouest américain.

Une fois sorti de cette vallée magnifique, il reste encore une dizaine de kilomètres à parcourir, sur de grandes lignes droites interminables. Les derniers coups de pédales se font à proximité de vignobles, dont les plans ont la particularité de mesurer environ 2 mètres.

Et finalement, j’arrive enfin au kilomètre 0 de cette route 68 !

J’aurai mis environ 5 heures pour rentrer au terminal de bus d’où j’étais parti, les cuisses bien dures mais heureux d’avoir pu explorer les lieux tranquillement, autrement qu’au travers d’une vitre sale 😀

Un petit conseil : essaye de te renseigner au préalable sur les conditions de vent. S’il est puissant et de face, tu vas vraiment y laisser des watts 😉

Ruines de quilmes

A 50 kilomètres au sud de Cafayate, se trouvent les ruines d’un village pré-hispanique. Ami non-véhiculé, tu vas couiner ! Une seule compagnie de bus s’y rend et le départ est donné à … 6 heures du matin … Une fois déposé à un croisement en pleine nuit, il te reste encore 5 kilomètres à faire à pied pour arriver à l’entrée du site (ou sinon, tu peux aussi y aller en excursion organisée 😉 )

La première solution, en plus d’être plus économique, te permet également de voir le soleil se lever sur la plaine … C’est également à cette heure que j’ai eu la chance de voir et surtout d’entendre une nuée de perroquets verts. Après un tel spectacle, j’ai vite oublié le réveil fort matinal.

Comme à Tilcara, les ruines ont été ré-aménagées pour être facilement compréhensibles. Le village s’intégrait parfaitement à la montagne. D’ailleurs, sur les dernières centaines de mètres, je me demande toujours où il se trouve.

Si tu as répondu : tout en bas, plein centre, tu as gagné le droit de lire la suite … sinon regarde mieux 😉 Avec environ 5 000 habitants, la ville était l’une des premières cités pré-hispaniques d’envergure. Elle a été un haut lieu de résistance contre les conquistadors espagnols pendant près de 130 ans ! Une fois vaincus, les Quilmes survivants furent déportés et le lieu abandonné.

Une petite grimpée permet de surplomber le site. Avec la lumière rasante du matin, la vallée, hérissée de cactus, est splendide.

Un site sympathique, avec de nombreuses ruines mais où quelques explications supplémentaires auraient été intéressantes pour mieux appréhender les lieux.

Cette visite clôt mon exploration des boucles nord et sud de Salta. Entre les paysages, l’histoire et les traditions, je peux dire que j’ai énormément apprécié ces deux semaines passées dans le nord de l’Argentine. Il y a un vrai concentré d’endroits exceptionnels qui devrait en faire une destination prioritaire pour ton prochain voyage 😉

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : hôtel El Balcon à Cafayate, LA mauvaise expérience de ce voyage. 200 $AR (+ 50 $AR pour laisser le sac plus d’une heure dans l’entrée ! ) pour un lit dans un dortoir de 8 avec sanitaires sales et surtout, gérants très désagréables. Je n’ai pourtant pas l’impression d’être difficile mais un minimum de respect me semble être la base … J’ai décidé de changer le lendemain, pour l’auberge Road Runner à l’entrée de la ville, vers le terminal de bus. Beaucoup plus agréable, le dortoir de 6 avec 2 salles de bain et une cuisine à disposition pour 150 $AR. Fuis le premier au profit du second sans hésitation.

Déplacement :

  • 250 $AR la location de vélo pour la journée + 85 $AR avec FlechaBus pour aller jusqu’à Gargantua del Diablo avec la monture en soute.
  • 140 $AR l’aller retour jusqu’aux ruines depuis Cafayate avec la compagnie Aconquija. Attention, consulte bien les horaires avant le départ pour connaître le temps dont tu disposes sur place, sinon il faudra rentrer en stop 😉

Entrée : Depuis 2008, les fonds collectés avec l’entrée aux ruines de Quilmes (50 $AR par personne) reviennent enfin aux descendants de la communauté de Quilmes. Auparavant, ils enrichissaient un homme d’affaire peu scrupuleux ayant profité d’une concession sans en acquitter les droits.

Repas : El hornito, une bonne adresse à Cafayate pour manger des empanadas (une sorte de chausson fourré au poulet ou au bœuf cuit au four) : 90 $AR pour 12 unités qui constituent un bon repas

2 réflexions sur “Cafayate

  1. Martine et Alain dit :

    Quelle magnifique vallée que cette Quebrada de las Conchas ! La multitude des couleurs de ses montagnes, avec ce ciel bleu limpide : extraordinaire ! ! !
    Et bravo pour l’effort sur cette N 68 qui n’a rien à envier à la bien connue N 66… ou à la nationale 7 que nous suivons ! 😉
    BISES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.