Humahuaca

Venant du sud de la Bolivie, je vais parcourir « la boucle Nord de Salta » en me rendant dans cette ville après de multiples étapes. Pour ce faire, j’emprunte la route 9 (appelée aussi Panaméricaine) qui serpente de Buenos Aires à la frontière Bolivienne et qui se poursuit jusqu’en … Alaska 😀

Abra Pampa

Minuscule village, tout proche de la frontière Bolivienne, Abra Pampa est surnommée « La Sibérie d’Argentine ». J’ai compris pourquoi en m’y arrêtant 😉 ! Il y fait sacrément froid et, même en plein soleil, j’ai parfois du mal à me réchauffer … En tout cas, on n’y vient pas pour la beauté de la bourgade, sans grand intérêt.

Par contre, c’est le point de départ pour se rendre, en bus, à la « Laguna de Los Pozuelos » qui se situe à une cinquantaine de kilomètres. Vérifie avant leurs jours de passage, la liaison n’est pas quotidienne 😉 . Après environ une heure de bonne piste, le chauffeur me dépose au bord de la route, au niveau d’un poste de Rangers.

De là, il y a 7 kilomètres à parcourir à pied pour rejoindre la laguna. À aucun moment je ne me suis ennuyé sur ce trajet pourtant complètement plat : ce lieu est le paradis des vigognes. Il y en a absolument de partout !

En prenant mon temps pour ne pas les effrayer, j’ai même pu les approcher de très près 😀

Quelques oiseaux de proie semblent m’indiquer le chemin avec leur bec. C’est fort aimable de leur part mais, puisqu’il n’y a qu’un sentier, aucune chance de se perdre 🙂

La superficie de la laguna est très importante mais au moment de mon passage, elle est en partie asséchée en raison d’un hiver particulièrement aride. Ce sont donc plutôt des petits ruisseaux qu’une grande étendue d’eau. Les oiseaux sont assez craintifs et il m’est difficile de les approcher sans provoquer leur envol. J’immortalise tout de même, de loin, quelques flamants roses 😉

Et toujours, proche de l’eau, des troupeaux de vigognes sauvages qui semblent fort intriguées par ma présence et qui prennent la poudre d’escampette lorsque je me montre trop brusque dans mon avancée 😀 .

Si le spectacle sur la laguna était en demi-teinte pour moi, la marche d’accès m’a ravi pour la proximité que j’ai eu avec la faune locale. Cela méritait amplement l’attente dans ce village bien frisquet que je quitte pour le sud.

Humahuaca

Cette petite ville a conservé une partie de l’authenticité de son époque coloniale et il est plaisant de se balader dans ses ruelles pavées.

 

 

Par chance, je suis dans le village un jour de fête : il y a 200 ans tout pile, une bataille particulièrement importante était gagnée ici par les indépendantistes contre les troupes espagnoles. La ville s’anime donc pour fêter cet événement à proximité du monument de l’indépendance. Après quelques morceaux par 2 fanfares militaires aux deux extrémités de la place centrale, seul un groupe rejoint la scène pour une lecture en musique du déroulement de la bataille. Le premier morceau est le thème de « Game Of Throne » … histoire de placer le récit dans de l’épique 🙂 Il est suivi, quelques notes plus tard, par « Thème 2 partie 1 », morceau de l’album « God Bless » de Saez. Ceux qui connaissent l’artiste apprécieront l’ironie de la situation 😀 .

Hornocal

L’endroit est aussi appelé « La montagne aux 14 couleurs » (c’est dire !)  à une vingtaine de kilomètres de Humahuaca. Lucie, qui y est passée avant moi, m’a informé qu’il était possible de s’y rendre en stop, quitte à se faire récupérer par un colectivo en cours de route. C’est toujours plus économique que de passer par une agence (rapport du simple au double quand même entre ces deux dernières solutions …). Me voilà donc, de bon matin du 9 juillet, sur la route qui y mène. Le soleil est déjà fort et je fais plusieurs kilomètres sans qu’aucune voiture ne me double. Ce que je ne sais pas encore, malgré la fiesta d’hier à Humahuaca, c’est que c’est la fête nationale et donc le pays est au ralenti. D’où le peu de voitures pour me transporter à destination… Ça ne m’empêche pas de savourer ce que je vois 😉

Après une dizaine de kilomètres à pied, une toute petite voiture s’arrête à mon niveau, remplie de 5 colombiens, dont 3 entassés à l’arrière. Pourtant, ils m’embarquent et voyant ma taille, m’offrent même la place à côté du conducteur 😀 Je vais finalement voir cette fameuse montagne. Et quel spectacle une fois arrivé en haut !

Les contrastes et les formes des rochers sont saisissants . Il me faudrait les lumières d’un géologue pour comprendre ce phénomène impressionnant mais à l’instant, je profite simplement de la beauté du paysage.

Après plusieurs dizaines de minutes de pure contemplation, le retour se fait dans la même petite voiture, toujours dans la position la plus confortable. Un grand merci à eux encore une fois 😀

Iruya

Encore un peu plus loin d’Humahuaca se trouve le petit village d’Iruya (prononce Irucha sinon personne ne saura où tu veux aller … les subtilités de l’espagnol Argentin 😉 ). Il n’est pas question de faire du stop cette fois, la route est encore plus déserte que la précédente un jour férié. C’est donc parti pour un trajet en bus de 3 heures aller sur une piste dans un état variable. Les premières minutes te rappellent que tu es au milieu de nulle part.

La route s’élève après quelques kilomètres en passant par des gorges et de nombreux lacets. Après avoir passé un col à 4000 mètres d’altitude, la descente dans la vallée est magnifique.

Une fois au fond, il ne reste plus qu’à longer le lit du fleuve et savourer la vue sur les canyons environnants. Les minutes passent alors à une vitesse folle et tu te retrouves au village d’Iruya avant même de t’en rendre compte.

A peine descendu du bus, j’arpente les ruelles en commençant par la place devant l’église colorée. Une bonne pente dans le village permet de rejoindre un point de vue qui surplombe l’ensemble. Evidemment, c’est le lieu que je privilégie dans le temps qu’il m’est donné.

D’en haut, la vue à 360° est splendide. Si j’avais eu plus de temps (si j’avais dormi sur place en fait), j’aurais fait la balade qui part du village et qui monte en serpentant sur un flanc de montagne. On en voit la trace sur la photo suivante. Mais il y a plusieurs centaines de mètres de dénivelé et mon bus repart dans quelques dizaines de minutes …

Le retour se fait par la même route et je passe une bonne partie du trajet le nez à la fenêtre 😉

Il y a tant à voir sur cette boucle nord que la suite se trouve dans l’article suivant … 😉

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : 

  • Hôtel Cesarito à Abra Pampa 100$AR la nuit dans une chambre avec 3 lits pour moi seul. Douche chaude et Wifi presque correct. Le meilleur rapport qualité/ prix de la ville sans aucun doute (même sans avoir 3 lits par personne 😀 ).
  • 100$AR pour un dortoir de 12 au Giramundo hostel avec le petit déjeuner inclus à Humahuaca. Bon rapport qualité prix dans une ambiance bohème sympathique.

Déplacement :

  • 15 BOB pour le trajet entre Tupiza et la frontière (Villazon) en colectivo
  • 50$AR depuis la frontière Argentine jusqu’à Abra Pampa avec Jama Bus. La qualité des bus change radicalement entre les deux pays…
  • 65$AR l’aller de Abra Pampa à la laguna de Los Pozuelos dans le colectivo qui part de la gare routière
  • 75$AR entre Abra Pampa et Huamahuaca via la compagnie Panamericano qui part lui aussi de la gare routière, mais ça c’est fort logique 🙂
  • 180$AR pour l’aller-retour avec Trans’Iruya jusqu’à Iruya sur une piste … dansante

Entrées : L’entrée du parc de « Los Pozuelos » est gratuite, de même que la visite du village de Iruya. Pour se rendre à la montagne au 14 couleurs, un péage de 50$AR est à prévoir.

PS  : 1€ = 20$AR, facile 😉

5 réflexions sur “Humahuaca

  1. Dumont dit :

    Mémé vient de voir de très jolies photos d.Argentine… Beau cadeau de Noël reconnaît elle…
    Très surprenantes photos géométriques et colorées des paysages en altitude … quelle palette de couleurs pastels

    • Antoine dit :

      J’ai passé d’excellents moments dans cette région. Il me tarde d’y retourner pour voir à nouveau ces formations rocheuses si particulières aux couleurs vives 🙂 Bisous à mémé et toute la famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.