Copacabana

Après toutes ces aventures, je décide d’aller me détendre à Copacabana : à moi le sable fin, les bikinis et le soleil ! … Sauf qu’il s’agit de la ville de Copacabana en Bolivie et non la plage au Brésil. Tant pis, le repos du guerrier attendra 😀 . Copacabana donc, première​ localité Bolivienne pour moi.

Le passage de la frontière avec le Pérou se fait à Kansay sans la moindre difficulté : le bus depuis Puno s’arrête à la frontière Péruvienne, un coup de tampon sur le passeport indiquant ma sortie, une centaine de mètres de marche dans le no-man’s land, un coup de tampon sur le passeport indiquant que j’entre en Bolivie et hop, je remonte dans le bus direction la prochaine ville. Si je passe toutes les frontières aussi facilement, ça va manquer d’aventure … 😉

Copacabana est surtout un point d’accès pour les îles « Islas del Sol y de la Luna ». L’intérêt architectural réside dans quelques façades et surtout dans la basilique, complètement surdimensionnée pour un village de cette taille.

Fait amusant, la croyance locale veut qu’un véhicule qui a été béni devant cet édifice soit à l’abri des accidents pendant 10 ans 🙂 . La plage, par contre, ne vaut probablement pas son homonyme Brésilienne.

Pour profiter du coucher de soleil, je te conseille de t’atteler au calvaire que l’on voit en arrière plan de la photo précédente. Une petite grimpette offre un superbe panorama sur la ville et sur le lac Titicaca.

Comme je le disais au début de l’article, il est possible de se rendre sur deux îles à partir de Copacabana : celle du Soleil et celle de la Lune. J’avais prévu d’accoster sur le nord de l’isla del Sol pour faire le chemin des crêtes (qui est paraît-il splendide) puis de reprendre le bateau à la fin de la journée au sud de l’île pour rentrer, faisant donc l’impasse sur l’île de la lune. Sauf que le Bolivien est taquin … Pour une raison que j’ignore (j’ai cru comprendre qu’il s’agit d’une confrontation de communautés), le nord de l’île du soleil est inaccessible. Ceux qui ont tenté d’y aller ont rencontré un barrage plutôt musclé. Même en essayant de discuter directement avec les pêcheurs, aucun n’accepte de me conduire au nord de l’île. L’excursion se transforme donc en une visite à la journée des deux îles.

Le départ se fait à 8:30 pour 2 heures de navigation jusqu’à Isla del Sol (pour déposer ceux qui ont choisi de ne pas aller à Isla de la Luna) puis encore une autre heure pour rejoindre cette dernière. Lorsque j’accoste enfin, on m’annonce qu’il ne me reste que 40 minutes pour la visite. L’île a beau être petite, je n’ai pas le temps de faire grand chose. Au pas de course, je monte au sommet et je parcours une partie de la crête. La vue y est magnifique (oui oui, toujours les mêmes montagnes que depuis Amantani ou Taquile, et c’est pas fini, ces sommets m’attirent 😉 )

Je n’ai pas le temps de visiter, ni même d’accéder aux ruines du temple des vierges (dont je ne peux donc rien te dire) qu’il me faut reprendre le bateau. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis en sueur ! Je profite de l’heure de navigation pour reprendre mes esprits.

On me dépose à un petit ponton sur l’isla del Sol pour voir le temple du Soleil mais seulement en moins de 20 minutes avec évidement un droit d’entrée ! Je zappe cette excursion express pour profiter pleinement du paysage marin (et me restaurer un peu avant le prochain sprint 😉 ).

Après un petit quart d’heure de navigation, me voilà au port principal avec tout juste 1 heure 30 minutes pour visiter une île de 15 km2 ayant plusieurs villages ! Je sens que je n’aurai pas le temps de tout voir …  Comme à mon habitude désormais, je choisis de gravir la montagne à travers le village de Yumani jusqu’au mirador. Le chemin monte fortement mais la vie du village est agréable. Il se finit en se fondant dans une petite forêt d’eucalyptus.

 

Après quelques centaines de mètres supplémentaires, le promontoire final m’offre une vue splendide sur le lac, les montagnes ( 😉 ) et le reste de l’île que j’aurais volontiers explorée.

Je n’ai pourtant absolument pas le temps d’en découvrir plus et il me faudra même courir dans la descente pour ne pas rater le bateau, déclenchant tantôt l’interrogation, tantôt l’hilarité des villageois qui ont dû se demander quelle mouche Bolivienne m’avait piqué 😀

Le trajet du retour me permet d’apprécier les derniers moments à naviguer sur le lac Titicaca, lac exceptionnel de beauté. En environ 2 heures, je suis de retour au port de Copacabana.

Si l’on fait les comptes, j’ai passé plus de 5 heures sur le bateau pour un peu plus de 2 heures de « visite » sur 2 îles différentes. Je ne recommande donc absolument pas cette excursion, en tout cas pas avec ce timing ! Il est, selon moi, très préférable de prendre le temps de dormir sur l’isla del Sol pour organiser une vraie balade et profiter des lieux. Faut-il faire le détour à l’ilsa de la Luna, je ne saurais vous dire, je n’ai pas eu le temps de vraiment m’imprégner de ce que les lieux avaient à offrir. Mais il ne fait aucun doute que ces deux îles sont d’une grande beauté et proposent des panoramas sur le lac Titicaca et sur ses berges absolument fabuleuses. À moi de mieux m’organiser la prochaine fois donc 😀

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : un des hôtels sur la rue montant du port, à mi-chemin avec le marché. Plutôt bien située avec une douche accessible uniquement sur demande mais chaude. La chambre double est à 40 Bolivianos

Déplacements : 15 soles pour relier Puno à Copacabana via TourPerou. Ils s’occupent de te fournir les formulaires à remplir pour le passage de la douane et ils font même un arrêt juste avant la frontière pour te permettre de changer tes derniers soles en bolivianos. Le taux est très acceptable. Un trajet sans soucis donc 😀 A noter toutefois qu’une « taxe » de 2 bolivianos t’est imposée en entrant dans Copacabana.

Entrée : 10 bolivianos de droit d’entrée pour chacune des îles et n’espère pas passer à travers, les rabatteurs t’attendent à la sortie du ponton pour quérir la taxe !

Prix de l’excursion sur les îles : 25 bolivianos pour les trajets en bateau entre les différents ports. Pour 5 heures de bateau environ, je trouve que le tarif est très économique.

Note : 10 bolivianos = 1,3 euros environ

5 réflexions sur “Copacabana

  1. Nicole Aorte dit :

    Coucou Antoine, un petit message pour te dire que ça été un vrai plaisir de te suivre durant ton périple au Pérou. Tous tes commentaires et photos étaient un régal . C est vraiment super de te suivre ainsi. Alors je ne peux que t encourager à continuer . Maintenant tu es en Bolivie , bonne continuation . J’ai hâte de découvrir ce pays avec toi mais à distance dans mon canapé . Nicole Aorte

    • Antoine dit :

      Merci Nicole pour ce commentaire encourageant. Je vais continuer à raconter mon voyage mais je dois régulièrement faire face à un Wifi très instable, particulièrement en Bolivie 😉 . Les paysages des pages à venir sont époustouflants 😀

  2. Theriault dit :

    Contrairement à nous, tu avais une belle vue sur les belles montagnes enneigées que ce soit du côté du Perou ou de la Bolvie. Tes photos sont vraiment très belles

  3. Dumont dit :

    Hello. Antoine,
    Plus d’un mois de retard, il n’y a pas que toi qui fais un marathon….
    Sauf qu’ici c’est plus cool, attablé….
    De bien belles images dis donc…
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.