Maragua

Le cratère de Maragua est une formation géologique très particulière à quelques dizaines de kilomètres de Sucre. Toujours intéressé par ce que la nature nous offre, je souhaite m’y rendre. Le hasard du calendrier fait qu’au moment où je planifie mon excursion, une fête se prépare dans le cratère pour le solstice d’hiver. Pour l’occasion, la ville de Sucre organise une excursion de 3 jours avec quelques kilomètres de marche. Ça tombe sacrément bien puisque c’est exactement ce que je recherche 😀 ! C’est une chance inouïe pour moi car en plus d’être pris en main par des professionnels et de profiter des festivités, je ne débourse presque rien : la ville offre les déplacements, les repas, les guides, l’hébergement … Royal ! 🙂

Me voilà donc dans le colectivo, avec quelques acolytes de l’hôtel qui m’ont permis de profiter de ce bon plan (Lucie, 2 français, 1 colombien et 2 australiens), m’amenant aux abords du cratère. Enfin ça c’est ce que les guides pensaient, pas les chauffeurs de bus … Nous sommes une nouvelle fois arrêtés avant la destination prévue (voir ce que je disais dans la page sur Sucre 😉 )

Nous profitons de l’arrêt devant un monument pour découvrir l’histoire d’un héros local. Petite astuce, ami voyageur te déplaçant en Bolivie : lorsque une statue tient une corne de bouc, c’est que l’effigie était un révolutionnaire. Son ustensile lui permet de rameuter les foules, qui réagissent au son de l’instrument. Ne souffle donc pas dans une corne de bouc n’importe où, au risque de provoquer un coup d’État 😉

Et puis commence réellement la balade pour rejoindre le cratère. Les quelques nuages du début de journée se dissipent vite pour laisser la place à un splendide paysage.

En dehors de quelques montées, il s’agit essentiellement de descentes. Le nombre d’inscrits étant très important (plusieurs dizaines), des groupes de 10-15 ont été formés, chacun avec un guide. Bien qu’étant dans le premier, les pauses sont très rapprochées, le temps de savourer pleinement les montagnes qui nous entourent.

De temps en temps, il nous est possible d’entrevoir le cratère avec ses formations en demi cercle coloré.

La sente est parfaitement tracée mais la présence du guide est tout de même fort appréciée. Il y a plusieurs chemins et il faut savoir lequel emprunter. Avec une bonne carte, il doit néanmoins être possible de s’en sortir seul sans risque.

Au cours de la journée, nous passons devant des pétroglyphes sur certaines formations rocheuses. L’accès à certains d’entre-eux est parfois technique, ce qui égaye la promenade 😀 .

En début d’après-midi, j’arrive presque sans encombre au fond de la vallée où coule un ruisseau. Après le passage d’un pont, me voilà dans le village dont l’école servira de dortoir.

C’est l’occasion de passer du temps avec les habitants, de partager un repas et de supporter, sur le terrain de foot, l’équipe hétéroclite des gringos contre les locaux (personne ne sait exactement quel fût le résultat final mais les locaux semblaient​ plus frais à la fin du match 😉 )

Pour le deuxième jour, les groupes sont légèrement mixés pour mieux correspondre au niveau des randonneurs. Le départ est donc beaucoup plus rapide et les pauses sont plus espacées. À nouveau, les formations géologiques environnantes sont surprenantes et très belles.

Je me rapproche doucement du cratère de Maragua. Avant d’affronter ses pentes, le déjeuner me permet d’assister à la confection rare d’une soupe de pierres chaudes. Le principe est assez simple : on met des galets dans un feu, on les récupère une fois brûlantes et on les balance dans la soupe ! De là à dire que c’est savoureux … 🙂

Après cette pause culinaire, l’ascension à travers les strates de roches commence. Elle va durer plusieurs kilomètres et mettre à l’épreuve les organismes.

 

Sur les flancs de la montagne pour arriver au cratère, quelques habitations sont éparpillées et certains habitants travaillent à l’extérieur.

Le cratère est unique puisqu’il est le résultat des mouvements tectoniques des plaques, qui, au lieu de monter comme on en a l’habitude, se sont affaissées. Chaque année, le sol s’affaisse de quelques millimètres. Après être arrivé sur un des bords, il suffit de redescendre en son centre.

Après quelques petites heures de marche, j’atteins le village de Maragua. C’est ici que va se dérouler la fête du solstice d’hiver. Après m’être installé dans une des salles de l’école, nous partons apercevoir une chute d’eau à proximité. Malheureusement, saison sèche oblige, il s’agit surtout d’un mince filet. L’occasion aussi de tester nos aptitudes de grimpeurs et à ce jeu là, l’Australien nous bat tous à plat de couture.

La soirée est remplie de danses aux sons d’instruments traditionnels (parfois maniés par des touristes créant une joyeuse cacophonie) et des verres d’alcool aux dosages très aléatoires 😉

À 4 heures du matin, après une très petite nuit, il est temps de rejoindre le sommet pour l’offrande lors du lever du soleil. Je suis guidé dans ma montée par des musiciens (des authentiques cette fois-ci) et ces moments d’attente sont savoureux.

Lorsque le soleil commence son ascension, je prends conscience de la beauté du cratère.

Puis les rayons lumineux finissent par arriver, déclenchant la liesse de la foule.

Il me faut dès lors rapidement redescendre pour attraper mon bus qui me ramène sur Sucre.

Ce fut encore une expérience unique et merveilleuse. Je remercie la ville d’avoir permis à des voyageurs d’assister à ces festivités en prenant l’essentiel des coûts en charge.

INFORMATIONS PRATIQUES

Pas d’informations pratiques réutilisables par de futurs voyageurs puisqu’il s’agit d’une excursion exceptionnelle pour le solstice d’hiver organisée par la ville de Sucre. Il y a un droit d’entrée pour le parc de 10 BOB, ainsi qu’un péage pour voir les pétroglyphes de 10 BOB également. Aucune idée de comment s’héberger sur place si tu fais le déplacement par toi-même. Toutefois, dans le centre de Sucre, des agences proposent des tours de 1 à 3 jours dans le cratère pour plusieurs centaines de BOB …

4 réflexions sur “Maragua

  1. Alexandre dit :

    L’excursion, c’est vraiment un coup de chance ! Super intéressant, et c’est sympa de se retrouver dans un groupe. Les photos sont superbes (comme d’habitude …). Aller ! encore une petite citation de mon cours d’anglais:
    « OWN ONLY WHAT YOU CAN ALWAYS CARRY WITH YOU : KNOW LANGUAGES, KNOW COUNTRIES, KNOW PEOPLE. LET YOUR MEMORY BE YOUR TRAVEL BAG » Aleksandr Solzhenitsyn.
    A+

    • Antoine dit :

      Ma mémoire s’enrichit chaque jour un peu plus de paysages et de rencontres. Par contre pour les langues, ce n’est pas encore gagné :D. Merci pour cette belle citation Alexandre.

  2. Dumont dit :

    Antoine,

    Superbes photos… Promis je ne teste pas la corne de bouc, mais la soupe aux pierres chaudes m’intrigue beaucoup, même si apparemment elle ne t’a pas emballé….
    Chouettes photos que celles des arbres qui essaient de survivre avec leurs racines enchevêtrées dans les interstices des rochers..

    On continue de récupérer notre retard.. bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.