Carretera australe (2/2)

Je continue ma descente vers le sud du Chili en poussant toujours plus loin sur la carretera australe. Après Puerto Rio Tranquilo, j’atteins Tortel via Cochrane…

Tortel

Lieu non prévu initialement, Tortel m’a été conseillé par une Chilienne en cours de voyage. D’après elle, ce lieu est complètement atypique et mérite un détour … Oui parce que tu ne te retrouves pas à Tortel par hasard ! De Puerto Río Tranquilo, il te faut déjà poursuivre la Carretera Austral jusqu’à Cochrane (je t’en parle rapidement un peu plus bas), petite ville où l’on arrive après 3 heures de pistes. De là, tu obliques plein fjords sauvages sur 150 km de pistes, jusqu’à rejoindre l’océan Pacifique à des centaines de kilomètres d’une première vraie ville 🙂 Autant dire que c’est le bout du monde 😉

Le bourg possède une particularité amusante : il n’existe aucune rue, chemin, passage, boulevard … Toutes les habitations sont interconnectées entre elles par des passerelles en bois !

Je pourrais comprendre leur raison d’être sur de longues distances, à travers une terre trempée et boueuse. Mais il en est également au « centre » du village, parfois sur quelques dizaines de centimètres !

De même, les places sont formées à partir de planches.

En partant de ce principe, pourquoi ne pas faire des aires de jeux pour enfants ou des supports pour antenne satellite avec la même technique ?

Le gros problème du bois, c’est que c’est inflammable (malgré l’humidité ambiante). Plusieurs habitations sont ainsi parties en fumée et il ne reste que quelques poutres calcinées. Pourtant, j’ai vu plusieurs maisons de pompiers…

Une promenade longe toute la côte sur plusieurs kilomètres. L’ensemble est vraiment étendu et malgré trois heures de marche intensive, je n’ai pas pu emprunter toutes les sections.

Fort de mon expérience de quelques heures à Tortel, je vais te mettre en garde. Lorsque c’est humide (il pleut quasiment toute l’année donc ça sera aussi le cas lors de ton passage 😉 ), le bois, ça glisse… Malgré l’aide de mes deux compagnons, j’ai plusieurs fois failli me retrouver les 4 fers en l’air 😀

Avec ce petit côté ludique supplémentaire, Tortel est vraiment un endroit à découvrir sur une journée. Un grand merci à la personne m’ayant indiqué ce lieu 😉

Cochrane

Petite ville étape pour moi, Cochrane m’a surpris sur plusieurs aspects. La municipalité semble vouloir montrer ses ambitions : la gare est moderne, des parcs bien entretenus sont présents, de grandes lettres à la Hollywood s’affichent sur la montagnette voisine ! Gare à vous Paris, Londres ou New York : Cochrane est en embuscade ! 🙂

Depuis des jours, je n’avais pas croisé d’enfants. Je les retrouve tous ici, s’amusant même sur mes photos. Il faut dire que l’enseignement supérieur regroupe les jeunes de dizaines de kilomètres à la ronde.

Les habitations sont typiques de cette région … enfin … à une exception près 😀 .

Cochrane ne présente pas vraiment de quoi faire un détour exprès (ou alors peut-être pour le parc proche que je n’ai pas eu le temps de visiter) mais elle possède quelques cocasseries pour passer une après-midi entre deux bus 🙂

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse :

  • Chez l’habitant, dans l’auberge Cristo Viene à Puerto Cisnes pour une minuscule chambre à 5 000 pesos. Le propriétaire m’a accosté sur le quai pour me proposer son hébergement. Pratique lorsque l’on arrive à la tombée de la nuit sans point de chute.
  • Hospedaje Coyhaique pour un hospedaje à Coyhaique …. moui … avouons qu’ils ne se sont pas bien foulés pour le nom ! Je te laisse donc plutôt l’adresse : Lautaro 432. Par contre, ils sont gourmands sur le prix : 12 000 pesos pour une chambre (simple certes mais fort petite et c’était la moins chère de toutes les auberges que j’ai questionnées). Une grande cuisine est à disposition ainsi que deux salles de bains dont les douches sont à chaleur variable. Loin d’être le meilleur rapport qualité/prix de la ville je pense. Qui dit mieux ?
  • Auberge Bellavista à Puerto Rio Tranquilo avec un hôte très agréable qui m’a autorisé à dormir malgré une grosse réception de tous les offices du tourisme du coin. 10 000 pesos pour un dortoir de 4 avec douche chaude, wifi et accueil au top
  • Ann Luz m’a hébergé dans une chambre individuelle mais au combien exigue ! Impossible de mettre un pied autour du lit 🙂 ! Salle de bain d’un autre temps mais la cuisine est à disposition si tu demandes gentiment et Ann est une vraie crème. 9 000 pesos la nuit.

Déplacement : 

  • 20 heures tout rond le trajet en ferry depuis Quellon jusqu’à Puerto Cisnes avec la compagnie « Naviera Austral ». J’ai pris le bateau le soir à 23 heures, sache qu’il n’y a pas de couchettes, simplement des rangées de fauteuils. Avec de la chance, tu peux en prendre 3 pour toi tout seul et passer une nuit très correcte. 11 200 pesos sans repas à bord, prévois ton sandwich 😉
  •  7 000 pesos le déplacement depuis Puerto Cisnes jusqu’à Coyahique avec la seule compagnie disponible à ce moment là : Terra Australe. 4 heures pour 208 kilomètres
  • Trajet chaotique et enneigé entre Coyahique et Puerto Rio Tranquilo avec Aguilas Patagonicas pour 10 000 pesos. 5 heures bien tassées pour 217 kilomètres.
  • 7 000 pesos à nouveau pour me rendre de Puerto Rio Tranquilo à Cochrane. La route a été coupée pendant une journée complète à cause des intempéries. 3 heures pour 114 kilomètres
  • 14 000 pesos l’aller retour pour se rendre de Cochrane à Tortel avec 3 heures de voyage par sens. En prenant le colectivo du matin de la compagnie Bus Aldea, tu pourras profiter du village et rentrer par le colectivo de l’après midi, pratique  😉
  • La route pour rejoindre l’Argentine via Chile Chico se fait en 4×4 – bus pour 13 000 pesos en environ 4 heures pour 178 kilomètres

Entrée : 

  • L’entrée du parc de Coyahique  est facturée 3 000 pesos. En sortant, il faut signer le registre pour confirmer que tu es toujours en vie … La garde me demandera à cette occasion si j’ai croisé un puma … Quoi ?! on pouvait voir des pumas ? Je n’en ai pas vu la moindre moustache
  • La balade en bateau d’environ 1 heure pour voir les cathédrales de marbre (Capillas Marmol) m’a coûté 10 000 pesos. Aucune négociation possible au vu des conditions climatiques 😉

Je quitte la carretera australe avec regret tant elle fut belle. Je sais toutefois que ce n’est qu’un au revoir et que je reviendrai la parcourir à nouveau dans quelques temps pour approfondir certains lieux que la météo m’a rendu inaccessibles.

Une réflexion sur “Carretera australe (2/2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.