Cuzco et sa banlieue

Ancienne capitale de l’empire des Incas, Cuzco est une cité très riche en activités et en découvertes. Il y a tant a faire que j’y suis resté 10 jours et je n’en ai pas fait le tour, loin de là. Cette page présente seulement Cuzco et sa périphérie, d’autres pages (sur la vallée sacrée et sur le fameux Machu Picchu 😀 ) suivront.

Cuzco

Commençons tout d’abord par la ville en elle-même. Comme je le disais en introduction, elle était le centre de tout pour la civilisation Inca. De nombreux édifices religieux et politiques y étaient présents. Après l’arrivée des Espagnols, les vainqueurs ont voulu marquer leur domination en rasant (en grande partie) les bâtiments Incas les plus symboliques puis en construisant par dessus une église ou une cathédrale. La place d’armes a clairement une architecture coloniale avec ses balcons et ses nombreuses arcades.

On retrouve cette architecture dans de nombreux endroits de la ville.

Impossible de rater l’église sur l’un des côtés de la place d’armes.

D’ailleurs, tout au long de mon séjour, ce lieu a régulièrement été envahi par les enfants ou les processions religieuses. Il s’agit en effet d’une semaine particulière à Cuzco où toutes les écoles s’affrontent lors de rencontres sportives. De quoi créer l’animation, sur cette place que j’ai particulièrement appréciée 😀 .

En se baladant dans les rues du centre ville, je retrouve régulièrement les traces du passé. Comme je le disais précédemment, les fondations des bâtiments Incas ont été souvent conservées par les Espagnols. La raison est toute simple : il s’agit de très bonnes structures anti-sismiques. La région est régulièrement secouée par des tremblements de terre et l’agencement des pierres ainsi que l’inclinaison des murs y résistent très bien. D’ailleurs, lors des derniers séismes, les édifices espagnols ont énormément souffert alors que les fondations n’ont pas bougé …

Fait remarquable : pour leur construction, les pierres étaient assemblées sans le moindre liant. Il ne s’agit que de pierres emboîtées les unes dans les autres !

Se balader dans Cuzco, c’est aussi se perdre dans les petites rues et trouver de jolies pépites.

Une ville vraiment sympathique, où il fait bon flâner, s’égarer dans les rues et s’approvisionner au marché local pour des repas typiques 😉 .

A quelques kilomètres du centre ville, 4 sites archéologiques sont présents, d’intérêts inégaux.

Saqsaywaman

En remontant la colline au nord de Cuzco, j’arrive (essoufflé 🙂 ) à Saqsaywaman. Lors d’un tour guidé de la ville, j’ai compris qu’il s’agissait d’un lieu d’une grande importance mais je n’en sais guère plus. En arrivant sur le site, que je pense petit, je m’oriente directement vers le mirador qui permet d’avoir une vue plongeante sur la ville (on voit d’ailleurs la fameuse place d’armes).

L’occasion aussi pour moi d’apercevoir mon premier troupeau d’alpagas en liberté 😀 . Quel plaisir de voir les jeunes s’amuser ensemble sans être grimés d’un pompon et forcés à prendre la pause pour les touristes à côté d’une fillette en tenue traditionnelle.

Pour en revenir à Saqsaywaman, il s’agissait à l’origine d’une forteresse qui est désormais utilisée pour les cérémonies culturelles. Sa superficie est très importante et je mettrai plusieurs heures à en faire le tour. Les murailles sont imposantes et elles s’étalent sur 3 niveaux. Les pierres font plusieurs mètres de haut et de large. Encore un mystère que de savoir comment les Incas ont réussi à déplacer et assembler ces monolithes.

Le lieu possède également une sorte d’amphithéâtre qui sert notamment pour la célébration de l’Inti Raymi, la fête du soleil, qui a lieu lors du solstice d’hiver. En explorant le site, j’ai trouvé une cavité formant un tunnel d’une dizaine de mètres sous les roches et débouchant sur un coté de la « scène ». Sans doute l’entrée des artistes 😉

Entre la murailles et cet amphi, un mont parsemé de roches très lisses est présent. L’occasion pour les enfants (et les plus grands 😉 ) de les utiliser comme toboggans naturels.

Un site qui mérite plusieurs heures pour en faire le tour et se perdre dans chacun de ses recoins.

Qenqo

A quelques kilomètres de Sacsayhuamán se trouve Quenqo, un sanctuaire de taille beaucoup plus restreinte.

Ici encore, une large incision dans la roche permet d’accéder à une galerie souterraine où l’on suppose que des momifications étaient réalisées. En ressortant, on accède à un amphithéâtre de pierre (que je n’ai pas pris en photo, il te faudra aller voir par toi-même 😉 ) .

Puca Pucara

Plusieurs kilomètres plus loin (et un collectivo plus tard), se trouve Puca Pucara. Il s’agit des vestiges d’une forteresse militaire. La vue sur la vallée est magnifique et je comprends qu’ils aient installé un poste de garde à cet endroit. Par contre, il faut à nouveau faire marcher son imagination pour imaginer la vie dans cette structure… 😉

Tambomachay

Juste en face du précédent site, il est possible d’accéder aux vestiges d’un site plus aquatique. Un ruisseau coule le long du chemin d’accès et celui-ci a été dompté par les Incas pour l’intégrer dans leur construction. Il en résulte une double fontaine agréable.

L’occasion de boire un petit coup (après filtrage de l’eau évidemment 😉 ) par cette chaleur.

Bien que d’intérêts inégaux à mes yeux, il est facile de faire les 4 sites dans la journée et chacun possède une orientation particulière intéressante (militaire, culturelle, aquatique).

Pour te rendre sur ces lieux, il te faudra ouvrir ta bourse pour acquérir le « boleto turistico » (le billet touristique). Il ouvre l’accès à 16 sites dans la région de Cuzco. Son prix est, selon moi, très (trop ?) important : 170 soles soit environ 35€. Il est impossible de ne payer « que » pour les sites que tu souhaites faire. Des billets partiels existent mais aucun ne regroupe les sites les plus intéressants. Une sorte de vente forcée qui me déplaît mais que je peux comprendre dans cette région si touristique.

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : Hostel Auquis, 12 soles la nuit en dortoir de 6, le plus économique depuis le début du voyage. Évidement pour ce prix, le petit déjeuner n’est pas inclus mais une cuisine est à disposition. La salle de bain commune est immense mais l’eau chaude est aléatoire. Sa localisation à 10 minutes de la place d’armes est très agréable. Un bon rapport qualité/prix en somme.

Prix d’un repas : quelques soles pour les sandwichs dans les stands de rue. Une vingtaine de soles pour un restaurant bon marché.

Déplacement : 60 soles pour le trajet Nazca-Cuzco (650km) en 14 heures avec MovilBus. Record de temps passé en continu dans un bus explosé 😀 . Il m’aura fallu une nuit complète plus une demi journée pour arriver ! Long …

Entrées : 130 soles pour la vallée sacrée, n’y revenons pas 😉 . Quelques soles pour le pourboire d’un Free Walking Tour dans le centre de Cuzco très intéressant : l’occasion d’en savoir plus sur la culture Péruvienne tant sur son éducation, son histoire ou sa cuisine, le tout dans la bonne humeur : top.

 

 

2 réflexions sur “Cuzco et sa banlieue

  1. Dumont dit :

    La technique de construction avec des pierres ajustées sans liant est bluffante !… Sont forts ces Incas… la coccinelle donne envie…
    À Part ça, vraiment très joli cette région….
    Commentaires un peu rapides, car on reçoit aujourd’hui : tes parents et Mémé. On fera peut être un saut sur la plage, et un petit coup d’œil à la villa Macron qui ne peut pas se visiter !… tout ça sans colectivo, ni « bus Macron ».
    Bonne Journey……
    (En forme ton Tonton)!

    • Antoine dit :

      Trop fort ces Incas ! Tu serais ravi au Pérou, dans chaque ville, j’ai croisé des dizaines de coccinelle. Si j’en revois au cours de mon voyage, je les prendrai en photo pour toi 😉 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.