Machu Picchu

L’une des merveilles du monde moderne, d’après la NewOpenWorld Foundation. Il s’agit presque d’un incontournable lors d’un voyage au Pérou (encore que certains font l’impasse sur ce site et qu’ils ne s’en portent pas plus mal …) J’avais, pour ma part, très envie de découvrir la cité cachée des Incas.

L’accès

La première aventure consiste à chercher des informations, comparer et négocier. 3 possibilités s’offrent à toi pour accéder au Machu Picchu : la marche, via un trek de 4 jours avec guides et mules sur une cinquantaine de kilomètres (ultra-touristique et très cher pour simplement marcher selon moi) ; le train, version luxe avec repas à bord (la plus rapide et la plus confortable mais, de loin, la plus chère) ou dernière alternative (la plus économique) avec un bus assez lent et plusieurs kilomètres de marche. Ayant le temps et n’étant pas effrayé par quelques heures de marche, j’ai choisi cette option (la section « Informations pratiques » met en lumière qu’il faut néanmoins un budget conséquent pour visiter la ville sacrée).

En avant donc pour prendre un bus de bonne heure à Cuzco. Après avoir tourné dans la ville pour récupérer tout le monde, me voilà parti. Relativement proche à vol d’oiseau de Cuzco, il faut pourtant 7 heures pour y arriver par la route. Outre les arrêts sponsorisés par les épiceries locales, je ne m’étais pas imaginé une voie d’accès aussi mouvementée pour un endroit si touristique. La fin du parcours en bus se fait sur une des pistes les plus défoncées que j’ai prise jusqu’à présent !

Lorsque la « route » se termine, à Hidroelectrica, il faut rejoindre Aguas Calientes (un village dans la vallée) à pied, en contournant la montagne sur laquelle est perchée le Machu Picchu. Les dieux Incas semblent être avec moi puisque la pluie battante de l’après-midi s’est miraculeusement arrêtée pour le début de ma marche. Il ne me reste qu’à longer la voie ferrée (la même que dans l’option onéreuse) sur une dizaine de kilomètres. L’occasion d’échanger avec un Néerlandais partageant le même itinéraire.

Évidemment, la voie ferrée ne t’est pas réservée ! Il faut donc être à l’écoute d’un train qui arriverait pour te mettre gentiment sur le côté. Pas de panique toutefois, ils se signalent des kilomètres en avance et ils sont très loin d’avoir la vitesse d’un TGV 😀

Cette marche est surtout l’occasion de profiter des paysages environnants, rendus mystiques par les nuages présents.

L’arrivée dans le village se fait de nuit après deux grosses heures de marche sans difficulté. Après quelques minutes à attendre le guide sur la place centrale, je suis conduit à mon hôtel puis au restaurant pour un repas et un briefing. Demain debout à 3:30 du matin ! Oui parce que, avec l’option la plus économique, on monte au Machu Picchu à pied 😀 ! Et comme il est conseillé d’y être dès l’ouverture (6:00), il faut gravir les quelques 2000 marches qui y mènent avant 😉 (sinon il y a aussi un bus qui part à 5:20 qui fait 7 km pour … 15€ … l’aller !)

C’est donc à peine réveillé que je débute l’ascension à 5:00 (l’heure d’ouverture de la montée des marches) et bien transpirant que je me trouve à 5:45 devant l’entrée principale. Comme je l’ai dit précédemment, le bus monte également pour 6:00. N’espère donc pas doubler le flot de touristes moins sportifs que toi et profiter du site tout seul, vous rentrerez sur le site en même temps 😉

Une fois passé le contrôle des billets, après encore quelques marches, me voilà sur la zone classique des photos. Pour l’instant, le soleil est à peine levé et les terrasses désertes.

Mais très vite, la foule arrive et la plateforme ressemble à ça 😉

Qu’importe, il est l’heure pour moi de retourner à l’entrée (redescendre donc un bon paquet de marches) pour retrouver mon guide (qui me fera remonter les marches dans le quart d’heure suivant 😀 ). Mais le Machu Picchu vaut largement tous ces efforts ! Le site est extrêmement bien conservé par rapport à ceux que j’ai vus précédemment. On distingue facilement les différents quartiers (résidentiels, agricoles, de cultes).

Ici encore, quelques habitations ont été reconstituées avec un toit respectant les techniques de construction de l’époque. Plutôt coquet 🙂

Après ce parcours guidé dans la cité, j’ai un peu de temps libre. J’en profite pour me rendre à la porte du soleil, lieu d’arrivée du trek de plusieurs jours dont je parlais précédemment et situé à environ 1,5km au dessus de la ville. La vue sur le Machu Picchu y est fabuleuse.

L’occasion aussi pour moi d’un lama-selfie avec un troupeau qui semblait finir, à leur rythme, le trajet depuis Cuzco 😀 .

 

Malgré le peu de temps qu’il me reste, je décide de me rendre au pont Inca dont plusieurs co-voyageurs de bus m’ont parlé. Lui aussi se situe à 1,5km du site principal, mais de l’autre côté 😀 . Le chemin d’accès est facile mais à flanc de précipice. Ami souffrant de vertige, ne t’y aventure pas. Le pont lui -même est accolé à une falaise vertigineuse.

Vois-tu le petit pont en bas à droite de la dernière photo ? Si tu as de bons yeux, tu remarqueras qu’il s’agit de la même structure que celle de la première photo de cette page 😀 . Il s’agit de la voie ferrée que j’ai longée hier après-midi. Mes petites gambettes ont bien travaillé !

Après 5 heures 30 à arpenter le Machu Picchu dans tous les sens, il me faut redescendre les 2000 marches (option bus toujours possible pour 15€ de plus 😉 ), puis reprendre la voie ferrée à pied pour rejoindre le bus à Hydroelectrica. Il me ramène jusqu’à Cuzco en début de soirée.

Ce fut une merveilleuse journée de découvertes et d’émerveillement dans cette cité inachevée mais tellement bien conservée à l’abri des conquistadors espagnols.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : Toujours localisée à Cuzco, j’ai fait le déplacement sur deux jours en laissant mon sac à dos en ville, pratique.

Prix de l’excursion : Après âpre négociation avec le gérant de l’auberge qui propose l’organisation du tour, 108 soles pour le transfert en bus entre Cuzco et Hydroelectrica, le repas du soir au restaurant, la nuit d’hôtel en chambre double à Aguas Calientes, le petit-déjeuner (très léger) et un guide pour une visite de deux heures. Évidemment, si tu choisis une option différente (train, bus pour te rendre à l’entrée, …) le prix va monter en flèche 😉

Entrée : 152 soles rien que pour l’entrée au Machu Picchu soit plus de 40€ ! Il y a clairement une exploitation du site et j’entendrai de nombreux guides à d’autres endroits au Pérou l’évoquer en s’interrogeant sur la destination de cette manne financière. En tout cas, pas dans les installations sur le site puisqu’elles sont inexistantes et que même l’accès aux toilettes se fait à l’extérieur et qu’il est payant …

5 réflexions sur “Machu Picchu

  1. Martine et Alain dit :

    Bon, c’est sportif, mais cela vaut le coup !!! Surtout avec une belle visibilité et… un lama accompagnateur 😉
    Et maintenant, en avant pour le lac Titicaca ! (encore un nom qui fait rêver !)
    Grosses bises.

  2. Isabelle dit :

    coucou Antoine
    je suis scotchée par le pont incas accolé à la falaise …de sacrés bâtisseurs pour avoir monté cette falaise de pierres pour créer ce pont ..
    ai je bien compris la photo??
    as tu emprunter ce minuscule pont en bois a cheval sur les pierres ???
    un sacré gaz pour y accéder!!!

    je suis devenue accro à tes photos . certaines sont VRAIMENT TRES réussies ;;;bravo pour la technique et l’œil! j’aime aussi t’entrevoir et ton lama selfie m’a comblée!!! il avait un petit air curieux et penché …
    bonne suite
    Isabelle

    • Antoine dit :

      Bonjour Isabelle,

      Vous avez bien compris la photo oui 😀 . Les Incas ne reculaient devant rien lorsqu’ils souhaitaient avancer ! Il n’est pas possible de franchir le pont actuellement, le chemin est fermé par une barrière que l’on devine sur la première photo au niveau de la personne en rose. Dommage 😉

      Merci pour votre commentaire, il me fait très plaisir. La suite arrive prochainement mais je continue à savourer …
      Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.