Ollantaytambo – L’ouest de la vallée sacrée

Au nord de Cuzco, sur la route du Machu Picchu, s’étire la vallée sacrée. D’une grande importance pour les Incas (tant d’un point de vue politique que de l’agriculture), elle s’étire sur une cinquantaine de kilomètres de Pisac à l’Est, jusqu’à Ollantaytambo à l’ouest.

Ollantaytambo

Le village d’Ollantaytambo a conservé ses plans d’origine Inca, malgré les séismes au fil des années. Il en résulte un village très authentique avec plusieurs ruelles en pierre charmantes. L’eau claire semble être partout, elle coule doucement le long des trottoirs, créant une sensation de fraîcheur agréable. C’est avec un grand plaisir que je me suis perdu dans ce petit dédale 🙂 .

 

La cité est surtout connue pour ses ruines, accolées aux habitations. La région autour d’Ollantaytambo semble regorger de sites anciens. Pourtant, c’est bien celui-ci ​que je suis venu voir ! Il apparaît au détour de certaines rues du village.

Le début de la visite commence par l ascension des nombreuses terrasses. Chacune possède un micro-climat particulier. Il semblerait que lors de l’introduction de nouveaux plans botaniques, ceux-ci étaient placés sur les terrasses inférieures puis replantés, saison après saison sur la terrasse supérieure pour s’habituer à l’altitude. En tout cas, ils avaient de quoi faire pour la récolte 😀 !

Vient ensuite un quartier d’habitations. Pour certains visiteurs, la montée des terrasses a été rude à cette altitude (3500m) et je croise un guide dépité de voir ses clients prostrés sur une pierre, tentant de reprendre leur souffle et leur esprit. 15 minutes après mon arrivée sur cette partie, ils n’ont pas bougé d’un pouce. La visite a dû être longue …. 🙂

Pour moi, tout va toujours bien (avec quelques pauses et une petite collation, il faut savoir se faire plaisir dans l’effort 😉 ) et je poursuis mon ascension jusqu’aux quartiers militaires qui surplombent l’ensemble.

La vue sur la vallée y est magnifique, d’autant plus que personne ne s’est senti le courage de monter jusqu’ici. J’en profite pleinement.

Me sentant en forme, prompt à relever des défis et joueur, je pousse même le vice de monter encore plus haut jusqu’à rejoindre un éperon rocheux via un sentier que je déconseille fortement au vu des risques. Cela tient plus de l’escalade que de la randonnée et le paysage à l’arrivée est guère différent de ce que j’ai vu depuis les quartiers militaires quelques dizaines de mètres plus bas.

Après une descente acrobatique, je rejoins une seconde partie du site. Le toit d’une des habitations a été restauré selon les techniques de l’époque. Cela permet d’avoir un aperçu plus concret des conditions de vie des anciens locataires du bâtiment. Un joli une pièce tout en longueur 😀

Tout en bas, l’eau est à nouveau omniprésente. Les Incas avaient vraiment une bonne maîtrise de l’irrigation !

Encore une visite fort plaisante dans de très beaux paysages. Tu l’auras compris, je recommande chaudement d’aller faire un petit tour du coté d’Ollantaytambo lors d’un voyage au Pérou 😉

Sur le chemin du retour pour Cuzco, après avoir fait le trajet Ollantaytambo-Urubamba, je monte dans un collectivo dont le chauffeur, fort sympathique, plaisante beaucoup. C’est lui qui va me conduire dans les deux sites suivants. Il ne sera pas avare en explications en cours de route, étant natif du coin.

Les Salines de Maras

Après quelques kilomètres sur une piste et quelques lacets de descente, apparaissent les salines de Maras. Il s’agit de bassins pour récolter du sel. Leur nombre est impressionnant (plus de 3600) et le site s’étale sur plusieurs centaines de mètres carrés sur le flanc de la montagne.

Il est possible de se promener à travers ces bassins. Chacun appartient à une famille en particulier mais la gestion est réalisée par des personnes extérieures. Par contre, la récolte du sel est faite​ par les propriétaires, pour qui c’est un honneur. Plus de 700 familles vivent grâce à cette ressource.

Le sel provient d’une source en amont et il est transporté par l’eau. Un système d’irrigation permet d’orienter le filet d’eau dans un ou plusieurs bassins en simultané. La vue d’au dessus est également impressionnante.

Ce sel est  très réputé au Pérou. Je retrouverai des sachets de la précieuse denrée sur presque tous les marchés du pays.

Moray

Malgré l’heure avancée, je me rends sur le site de Moray. Le chauffeur, toujours aussi agréable, s’arrange même pour permettre à Lucie d’entrer, malgré son absence de boleto turistico (le fameux billet onéreux qui permet l’accès à plusieurs sites à Cuzco et dans la vallée sacrée). Encore une fois, je suis surpris de l’étendue des lieux (ça devient une habitude 😀 … mais quel plaisir d’être ainsi émerveillé régulièrement 😉 ).

Comme tu l’auras évidement deviné, il s’agit d’un centre de recherche agricole Inca… 😀 La localisation, entourée de montagnes, ainsi que les nombreuses terrasses leur permettaient de reproduire des climats de nombreux endroits de leur empire. Une manière centralisée de faire des essais sur des plants agricoles. L’adaptation au terrain existant et son modelage rendent l’ensemble très graphique.

Sans doute y en a-t-il encore pour affirmer qu’il s’agit d’une communication avec les extraterrestres, à la manière du film « Signes » 😉 . La première installation visible est la mieux conservée, les autres n’étant pas aussi bien entretenues.

Depuis le site, la vue sur les sommets environnants me laisse rêveur. Peut-être, lors d’un prochain voyage, irai-je y faire un trek de quelques jours …

À travers ces trois sites (il en existe de nombreux autres, notamment des ruines Incas autour de Ollantaytambo), je me suis régalé à visiter la partie ouest de la vallée sacrée. Encore une bonne journée 😉 !

Informations pratiques

Auberge de jeunesse : Toujours localisée à Cuzco, j’ai fait le déplacement à la journée

Prix d’un repas : les sandwichs, j’aime pas, j’adore…

Déplacement : Petite astuce pour toi, ami voyageur, il est bien plus économique de faire un trajet Cuzco – Urubamba puis Urubamba – Ollantaytambo par 2 collectivos différents (4+1,5 soles) que de faire le trajet direct par un seul collectivo (15 soles). Les mystères du transport Péruvien 😀 Il faut compter 20 soles pour faire les sites de Moray et Maras via un « collectivo-taxi »

Entrées : 130 soles pour plusieurs sites de la vallée sacrée via le boleto turistico dont Ollantaytambo et Moray, n’y revenons pas … 10 soles pour l’entrée dans les salines qui n’est pas comprise dans le billet

2 réflexions sur “Ollantaytambo – L’ouest de la vallée sacrée

  1. Dumont dit :

    Antoine, Magnifiques photos des Salines de Marais !…. irréel presque… ça fait penser à des clichés d’Arthus Bertrand……Époustouflant!… on dirait les écailles d’un animal ..
    Tu dois prendre un pied pas possible !…

    Bonne continuation, bises et à très bientôt

    Christine et Gil

    • Antoine dit :

      Merci pour vos commentaires élogieux. La région de Cuzco est vraiment magnifique (comme le reste du Pérou, certes 😀 ). Je me régale chaque jour de ce voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.