Pisac – l’est de la vallée sacrée

Alors que je pensais réaliser la visite de Pisac le même jour que celle de la banlieue de Cuzco, je m’étais ravisé au dernier moment, pensant qu’une fin d’après-midi serait peut-être un peu juste pour tout voir. Grand bien m’en a pris puisqu’il m’a fallu une journée complète pour profiter des lieux. Retour sur cette excursion …

Pisac – la ville

Une autre raison qui avait alors motivé ma décision était la présence d’un marché le dimanche matin. L’un des avantages d’un tour du monde est la possibilité d’arranger son emploi du temps (dans une certaine mesure). Un dimanche matin donc 😉 , de bonne heure, me voilà dans un collectivo au départ de Cuzco en direction de Pisac à une trentaine de kilomètres au nord-est.

En arrivant, je me dirige vers le centre ville (la désormais fameuse place d’armes 🙂 ) et trouve le marché. Il est toutefois clairement orienté pour les touristes : que de stands vendant les mêmes babioles ou tissus à l’effigie des lamas … Je pense qu’il a été victime de son succès et que l’authenticité s’est diluée au fil des années. Je doute fortement que les Péruviennes achètent leurs vêtements dans ces boutiques.

Qu’importe, Pisac, c’est aussi l’un des principaux attraits de la vallée sacrée et ses ruines Incas m’attendent…

Pisac – le site archéologique

Il existe deux entrées principales pour rejoindre le site : avec un départ depuis le village en grimpant sur la montagne à pied ou en prenant un bus qui t’emmène sur le haut du site avec une vue du dessus. Évidement, j’ai choisi la première option 😉

Me revoilà donc à gravir un premier groupe de terrasses à flanc de colline. Encore une montée nécessitant de prendre son temps et son souffle à un peu plus de 3000m d’altitude ! Je profite déjà d’une vue agréable sur la vallée.

Sur le chemin, un prédécesseur a laissé un petit message 🙂

Après une grosse demi-heure, j’arrive à une ancienne fortification qui me semblait être le point culminant de la journée (quelle inconscience 😀 ! )

Peu de personnes ont fait le même choix d’itinéraire que moi. Je suis donc à nouveau seul pour profiter des ruines et imaginer la vie des habitants de ces bâtiments, il y a quelques siècles. Plusieurs dizaines de mètres plus haut encore (et combien de marches d’escaliers Incas, je ne sais pas, j’ai perdu le fil au milieu de l’ascension 😉 ), il y a un groupe d’habitations dont le toit a été reconstitué. Relativement isolé des autres ruines, il devait s’agir des logements des gardes en faction dans les tours à côté (ou pas 😀 , à toi d’inventer ton histoire).

Toujours personne à l’horizon … Me serais-je égaré parmi les vestiges (c’est à ce moment là que j’aurais dû me douter de quelques chose …) ? Je continue mon chemin et découvre un village complet en demi-cercle, étrangement mis en valeur par une fugace éclaircie dans le ciel chargé de la journée. L’occasion est trop belle, je redescends pour m’imprégner de ce lieu.

Il s’agissait du quartier résidentiel, essentiellement peuplé par les agriculteurs. Vu le nombre de maisons, ils devaient être particulièrement nombreux. Ceux-ci cultivaient les terrasses qui sont présentes tout autour des ruines et que l’on voit aussi en arrière plan. D’ailleurs, j’aperçois des groupes de touristes tout en haut, sur un promontoire. Ainsi la destination des bus est en haut de cette colline 🙂 . Avant de m’y rendre, j’ai repéré un groupe de vestiges un peu plus haut. Je décide d’y passer avant de rejoindre tranquillement (…) le haut du domaine.

Après une bonne ascension, me voilà  surplombant la partie cérémonielle et thermale. Ce lieu était réservé à l’élite et aux prêtres qui officiaient notamment dans le temple du Soleil. L’occasion pour moi de rayonner 😉 .

Le cadre choisi par les Incas est évidement magnifique au milieu des montages environnantes.

C’est à ce moment là qu’arrive la tuile… Une anglaise, en retraite et réalisant son premier voyage seule à travers le Pérou (respect), m’apprend que l’accès à la plateforme principale depuis le temple du Soleil est fermé. La seule solution est de redescendre une partie du trajet, de bifurquer au niveau du pont en bois et de remonter de l’autre côté. Quelques centaines de mètres de dénivelé de plus au compteur à prévoir donc 😀 .

Le chemin est peu fréquenté et  parfois assez raide. Il me permet de parcourir une partie du site méconnue par les touristes (ou vue uniquement par dessus) : des tombes dans la falaise !

Toutes ces sépultures ont été pillées il y a très longtemps mais certaines conservent des reliques du passé … terrifiantes ! 😉

En continuant la montée, me voici enfin arrivé au site principal avec son village perché et ses cultures en terrasses. Le nombre d’habitations est important et je passe plusieurs dizaines de minutes à me perdre dans ses « ruelles ».

Après plusieurs heures de marche (en prenant mon temps et avec la « déviation » 😉 ), j’arrive finalement à l’entrée principale, où les bus déposent les touristes. Aucun doute qu’il s’agit d’un très bon spot : la vue est magnifique !

Juste avant la redescente vers le village de Pisac, cherchant un lieu sympa pour manger (finalement ça sera tout en haut des terrasses avec une vue semblable à la première photo de la dernière série), un billet de 50 soles vient choir à mes pieds sur le chemin balisé. Après quelques instants à chercher le propriétaire, il finira dans ma poche pour me récompenser de mes efforts 😀 .

Pisac mérite vraiment le voyage depuis Cuzco. En prenant le temps d’explorer les diverses parties du site, il y a vraiment de nombreuses ruines à voir. Par contre, prévois un peu de temps et d’énergie pour les différentes grimpettes si tu pars depuis le bas 😉 .

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : Toujours localisée à Cuzco, j’ai fait le déplacement à la journée

Prix d’un repas : je me fais une cure d’avocats fourrés dans des petits pains, un régal 😀

Déplacement : 4 soles pour un colectivo (mini-van) à l’aller et seulement 2,5 soles pour le retour en bus faisant un trajet équivalent. La bonne idée serait de prendre également le bus à l’aller mais je ne sais pas comment le trouver 🙂

Entrée : 130 soles pour plusieurs sites de la vallée sacrée via le boleto turistico dont Pisac

2 réflexions sur “Pisac – l’est de la vallée sacrée

  1. Martine et Alain dit :

    Superbe excursion qui nous permet de découvrir des aspects non-visibles pour des touristes véhiculés …
    Et, c’est peut-être le début de la fortune. 😉
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.