Blue Mountains

Après un changement de plan de dernière minute sur le vol entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie (j’en profite pour saluer la réactivité de ZipWorld 😉 ), j’arrive finalement avec 3 jours d’avance au pays des kangourous, le 24 décembre précisément. J’ai un hébergement réservé à partir du 27 décembre à Sydney mais rien avant 🙂 Qu’importe, je voulais également visiter les Blue Mountains à quelques dizaines de kilomètres de la ville. Je commence donc par là, après avoir loué un véhicule.

Blue Mountains

Fait amusant, après comparatif des offres de location, il s’avère que la solution la plus économique est un « van » qui se révèle être, en réalité, un utilitaire de 6m3 ! Me voilà donc avec Céline au volant de la fourgonnette, pouvant dormir très facilement à l’arrière après avoir installé mon matelas de sol auto-gonflant 🙂

L’autoroute pour sortir de la ville est sans grand intérêt mais je prends alors conscience d’une réalité accablante : l’été Australien va être chaud ! 41°C au compteur à 10 heures du matin, puis 46°C à 13 heures, je regrette très très rapidement la fraîcheur de la Patagonne 😉 . Chaque « excursion » de quelques dizaines de mètres en dehors du véhicule climatisé se transforme en sauna. Et je ne suis pas en plein centre du désert  !

Heureusement pour moi, lorsque j’arrive dans les montagnes, une légère brise rend une balade possible, sans risquer une déshydratation 😀 . Je fais mes premiers pas en Australie dans la forêt que jouxte Hazkbrook. J’évolue au milieu des eucalyptus à la recherche d’une chute d’eau, qui se révèle être quasiment tarie.

Plus sérieusement, quelques kilomètres plus loin se trouve Wentworth, premier site important des Blue Mountains. De nombreux chemins permettent de longer les falaises et de multiplier les points de vue.

 

Le vent s’est vraiment levé, rafraîchissant bien l’atmosphère (merci à lui 🙂 ). Il est si puissant au bord des falaises que l’eau des chutes remonte après avoir basculé dans le vide ! Une sorte de cascade renversée, très étonnante !

 

Par endroits, les rochers ont été creusés pour offrir des points de vue. Un sentier existe également à travers la roche en contrebas du chemin des crêtes mais il est actuellement fermé à cause du risque de chute de pierres.

Je passe la fin de ma journée sur ces sentiers, à profiter de chacune des vues impressionnantes sur cette forêt d’eucalyptus qui bleuissent à mesure que le soleil se couche, créant une ambiance très particulière.

Superbe introduction aux Blue Mountains,  le site de Wentworth permet  de créer une boucle de la durée de son choix tant les chemins sont nombreux. Un endroit très agréable.

Après une nuit fraîche (due à l’altitude) dans mon 6m3, je me lève, prêt à en découdre avec l’attraction du parc : une formation rocheuse appelée « Three sisters ». Sauf qu’au réveil, il pleut et je suis en plein dans un nuage. Le brouillard est omniprésent et ce que je ne sais pas encore, c’est qu’il restera installé toute la journée …

Je réalise tout de même un tour dans le coin de Katoomba en appréciant l’ambiance particulière que la météo m’offre.

Puis j’effectue un repli stratégique dans le seul bar de la ville ouvert en cette période de fêtes. J’y passerai une bonne partie de la journée, découvrant des reprises pas toujours réussies de certains tubes musicaux. Ça donne une certaine ambiance 😀

Au cours des autres journées passées sur place, le temps ne me sera guère favorable. Je me lance quand même sur une boucle qui démarre aux « 3 sœurs ». Il s’agit d’une formation composée de rochers situés les uns derrières les autres. Mais pour les voir, il faut que les nuages s’écartent quelques instants 😉 En attendant, je passe en dessous via 900 marches pour une promenade à travers les eucalyptus et les fougères.

   

Malgré mon espoir, aucun point de vue ne permet d’avoir une vision différente de la fratrie. Le sentier fini par rejoindre « Scenic World », un ensemble d’aménagements permettant de profiter des paysages et de la canopée sans se fatiguer : train incliné le long de la falaise, téléphérique horizontal et vertical, … Étrangement, il y a beaucoup plus de monde ici que sur les 900 marches 😀

Un petit circuit sur pilotis permet tout de même de se dégourdir les jambes et d’en apprendre plus sur la flore et la vie des mineurs qui œuvraient ici au début du siècle dernier pour récupérer du charbon, dans des conditions difficiles.

Pour rejoindre le plateau, je choisis de remonter quelques centaines de marche à pied depuis « Scenic World ». Je le conseille à tout le monde puisque la trace longe des formations rocheuses et une belle cascade.

Avant de partir, je jette un dernier coup d’œil aux sœurs … il semblerait qu’elles soient assez discrètes finalement 🙂 .

En reprenant la route, je multiplie les arrêts pour tenter d’en voir plus de ces Blue Mountains. Il m’arrive d’avoir de la chance et que le ciel se découvre partiellement et furtivement, m’offrant alors un spectacle grandiose.

A « Pulpit Rock », le point de vue aménagé, légèrement en contrebas, me fait prendre conscience de la hauteur des falaises. Celles-ci sont magnifiques avec leurs nuances de rouge et noir, contrastant avec le vert de la forêt d’eucalyptus (et le gris des nuages 😉 ).

 

J’ai beaucoup aimé cette excursion dans les Blue Mountains malgré un temps franchement brumeux. Je pense qu’il y a là une nature très intéressante à explorer en une petite semaine pour qui aime ce type de paysage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.