Northland (2/2)

Après plusieurs centaines de kilomètres vers le nord, relatés dans la page précédente, j’arrive finalement à un endroit où le van ne va plus pouvoir continuer, la route se finissant ici 🙂

Cap Reinga

L’extrême nord, le cap Reinga en particulier, est un lieu très important pour les Maoris. Dans leurs croyances, l’esprit d’une personne qui vient de décéder voyage depuis le lieu du décès jusqu’à parvenir à ce cap, là où la terre se termine. Puis, en utilisant les racines d’un arbre bien particulier, il s’enfonce dans l’autre monde. Lorsque je m’y rends, un épais brouillard donne une atmosphère très particulière à l’endroit. Un chemin bien aménagé permet de se rendre au phare qui marque la limite des côtes. Les paysages que j’aperçois lors de brèves éclaircies sont enchanteurs.

Au loin, dans la brume, je distingue le fameux arbre sacré, en équilibre sur son roc depuis des générations. Il aurait plus de 800 ans ! L’environnement m’envoûte et je me demande bien ce qu’il peut y avoir de l’autre côté.

C’est également ici que se rejoignent l’océan pacifique et la mer de Tasman. Il en résulte des courants forts, qui ont joué des tours à certains explorateurs.

L’endroit m’a beaucoup plu, tant pour son aspect culturel que pour sa beauté même. Il nécessite de faire quelques dizaines de kilomètres en aller-retour depuis la ville la plus proche mais il vaut largement le détour. Pour les plus courageux (et ceux qui ont un peu de temps devant eux 😉 ), il est possible de faire un trek de 48 kilomètres (aller) le long de la côte nord : le Te Paki Coastal Track. Pour moi, ça sera pour une prochaine fois 😀

Ninety Mile Beach

En redescendant quelques kilomètres au sud par la côte ouest, on arrive rapidement à une première dune, immense. Depuis celle-ci, jeunes et moins jeunes s’élancent sur une planche de surf, exactement comme je l’avais fais au Pérou, dans les environs de Ica.

Après avoir gravi cette première dune, je me retrouve dans un paysage surprenant. J’ai l’impression d’être dans un désert tant il y a de sable à perte de vue.

Du côté de l’intérieur des terres, la forêt réussit, pour l’instant, à mettre un terme à l’erg.

Ces dunes sont les premières d’une longue série ! Ici commence la « Ninety miles beach » qui, comme son nom l’indique, mesure … 55 miles 😀 Nos amis kiwis ont légèrement exagéré la distance de la plage ! Je leur pardonne sans ciller tant la taille est impressionnante. Même en faisant plusieurs dizaines de minutes de voiture, je retrouve toujours cet immense couloir de sable à perte de vue !

En continuant ma descente folle le long de la côte ouest, j’arrive finalement à « Koutu Boulders ». Sur la plage gisent quelques rochers complètement ronds. Ils se sont formés autour d’un noyau de calcaire il y a plusieurs millions d’années. Certains se sont brisés, des géants ayant probablement trop joué à la pétanque avec 😉

La foret de Waipoua

Dernier lieu exploré dans la région du Northland : la forêt de Waipoua. Elle regroupe de splendides spécimens de kauri (ou kaori ou Agathis australis). Le tronc de cet arbre est extrêmement intéressant pour l’industrie forestière : il est dense, sans nœud et les premières branches sont très hautes. Malheureusement, les forêts furent surexploitées au XIXème siècle et l’espèce a bien failli disparaître. Les derniers spécimens sont désormais très protégés. Lorsque je me retrouve devant le plus grand d’entre eux, Tane Mahuta (oui, il a un nom), je suis époustouflé par sa majesté, ses dimensions et son age : plus de 2000 ans et un tronc d’une circonférence de presque 14 mètres ! Cet arbre était une jeune pousse lorsque Jules César a envahi la Gaule !

A quelques kilomètres de ce spécimen, on peut admirer, via des passerelles respectueuses de l’environnement, d’autres arbres de la même espèce. Les plus vieux sont faciles à repérer puisque la largeur de leur tronc dépasse tout ce dont on a l’habitude 🙂 .

 

Le dernier arbre que je vois est particulier puisque, à partir d’une base énorme, pas moins de 4 troncs se sont développés pour monter vers le ciel.

Cette forêt a quelque chose de magique et je ne serais pas étonné de voir apparaître un petit lutin des bois 🙂

Après cette balade, mon retour sur Auckland conclut ma virée dans le Northland. En quelques jours, j’ai déjà parcouru plus de 1000 kilomètres (et pas encore de panne sur le van, c’est bon signe :)). Comme cette région est excentrée des spots classiques de l’île de Nord, de nombreux voyageurs font l’impasse dessus. C’est fort dommage pour eux mais cela t’offre une opportunité à saisir : te balader dans une nature variée à l’écart de la foule. Profites-en 😀

BONUS : Coromandel

A moins de 2 heures d’Auckand, à l’est cette fois, la baie de Coromandel est un autre lieu de villégiature des habitants de la capitale. Il faut dire que le coin est splendide et offre une belle variété de paysages. En venant de la ville, je m’arrête tout d’abord à « Tairua » qui possède un petit mont. D’en haut, il y a presque tout : de la montagne, de la ville, de la plage, des îlots, une péninsule …

Mais il s’agit là d’un échauffement pour le point suivant : Cathedrale Grove, à quelques kilomètres. Comme j’y arrive juste avant la nuit, je profite du coucher de soleil

 

 

Vu le spectacle du soir, je n’ai aucune difficulté à me lever quelques minutes avant le lever de soleil, qui est lui aussi très beau, quoique plus doux 😉

C’est donc frais comme un kiwi que j’entame la petite randonnée de 2 kilomètres pour se rendre à la fameuse arche. La balade se fait sur un plateau, offrant de beaux panoramas côtiers.

Quelques détours permettent aussi de rejoindre le niveau de la mer. Le plus souvent, il s’agit de criques rocailleuses que certains rejoignent en kayak.

Finalement, j’atteins l’arche juste au bon moment : avant que la marée ne soit trop haute et n’en condamne temporairement l’accès. La plage est superbe avec les formations rocheuses qui émergent au large. C’est vraiment un cadre idyllique.

Lors de ta descente dans le centre de l’île du nord, prends quelques heures pour savourer les paysages de Cathedrale Grove, tu ne le regretteras pas 😉

2 réflexions sur “Northland (2/2)

  1. Alexandre dit :

    Les photos sont toujours aussi superbes ! Il y a matière à peindre pour mon épouse, toujours à la recherche de paysages pour s’exercer à l’aquarelle…
    Prends soin de toi. Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.