Raiatea & Huahine

Après avoir exploré une partie de l’île de Tahiti, je me lance à la découverte des îles Sous-le-Vent (avec un peu de vent certes, mais c’est surtout le nom du groupement d’îles proches de Tahiti 😉 ).

Raiatea

Raiatea est la seconde ville de Polynésie Française en population, après Papeete. La ville s’étire tout en longueur sur la côte nord, « coincée » entre l’océan et une colline qu’il est d’ailleurs possible de gravir facilement en quelques dizaines de minutes. Le sommet offre un panorama exceptionnel sur le sud de l’île, Tahaa et Huahuine (deux îles à proximité) ainsi que sur le lagon aux bleus si particuliers (je commence déjà à regretter mon appareil photo … !)

Pour explorer un peu les alentours, j’ai loué un scooter. Ultra pratique pour se déplacer … sauf lorsqu’il pleut 😀 Il faut parfois foncer (en toute sécurité, bien sûr) pour se trouver un petit abri, mais je finis toujours trempé. Quoiqu’il en soit, l’île se révèle être très rurale avec de beaux paysages.

Raiatea est surtout importante historiquement et culturellement. Elle est considérée comme étant le berceau de la civilisation Maohi, rien que çà. Le plus important Marae du Pacifique s’y trouve : Taputapuatea. De nombreux panneaux explicatifs permettent d’appréhender le site, composé en réalité de nombreux Maraes, chacun étant dédié à une fonctionnalité bien précise (celui des dons, celui pour la réception des personnes importantes, celui pour la famille dirigeante …).

L’ensemble est très bien entretenu et malgré un paysage peu spectaculaire, j’ai ressenti une certaine émotion en déambulant à travers les sanctuaires. Mon préféré est sans aucun doute celui proche de la plage, abrité par un arbre centenaire. Il en émane une certaine invitation à la méditation et à la tranquillité.

Le tour de l’île permet aussi de voir de nombreux motus, petit îlots avec seulement quelques cocotiers, situés entre la côte et la barrière de corail.

Depuis le camping où j’ai planté ma tente, je me suis d’ailleurs rendu deux fois sur l’un d’eux avec un kayak de mer. L’occasion d’une belle sortie, lorsque la pluie et le vent ne viennent pas transformer l’excursion agréable en un défi pour rentrer sans chavirer 😉

Seul sur ce petit îlot, c’est un rêve de Robinson qui se réalise, et je me rends vite compte que j’ai plusieurs vendredis avec moi 🙂

La faune maritime dans le lagon est tout aussi belle que celle de Tahiti. Quel plaisir d’évoluer parmi les poissons et les coraux simplement équipé d’un masque et d’un tuba ! Et pour se faire, il suffit de se jeter du ponton.

 * * * *

Raiatea m’a également offert de superbes couchers de soleil que je ne suis pas prêt d’oublier.

Je garderai un souvenir mitigé de Raiatea : l’île est vraiment très belle mais que de pluie lors de mon séjour ! Pas une seule journée sans vent et sans précipitation, les nuages couvrant totalement les sommets environnants. L’occasion de tester la résistance de la réparation de ma tente 😉 J’aimerais lui donner une seconde chance avec un temps plus clément.

Huahine

Nouvelle île, nouveaux territoires à explorer. Je choisis cette fois-ci une pension en plein centre ville pour un accès facile à toutes les commodités. En quelques foulées, j’ai fais le tour des possibilités offertes (location, supermarché, poste … tout se situe au même endroit) et je pars faire un tour le long de la plage.

Malheureusement, la pluie me rattrape à nouveau, m’obligeant à un retour rapide. Sur le chemin de terre qui me ramène à la route principale, je suis soudainement pris d’une douleur fulgurante et très intense au pied droit. Sautillant sur place en tentant d’enlever le plus vite possible ma chaussure, je me dis que j’ai marché sur un bourdon XXL ! En réalité, je viens de m’enfoncer un clou rouillé à travers la plante du pied ! Le petit bout de bois l’a placé juste à la verticale pour une introduction parfaite à travers ma chaussure 🙁

Une chance d’avoir repéré au préalable la pharmacie ! Antibiotiques pendant 5 jours et interdiction d’aller dans l’eau pendant la même durée … Je ne vais donc pas barboter dans les eaux de Huahine 😀

Je change mes plans et comme sur Raiatea, je décide de louer un scooter. Je fais mon premier arrêt au Marae proche de Maeva, dans le nord de l’île. Il s’agit d’un complexe religieux comportant plusieurs plateformes. Il a été excavé d’un marais. Une maison traditionnelle abrite un musée fort intéressant sur l’histoire de l’île et ses mythes. L’un d’entre-eux raconte l’histoire d’amour entre deux amis séparés à l’adolescence par le père de la fille qui l’aurait forcée à quitter l’île pour Raiatea. De désespoir, elle aurait sauté dans un seau en bois et dérivé des jours pour revenir auprès de son bien-aimé et initié une descendance de 8 enfants, exactement le nombres de clans 😉

Ma visite continue avec une spécificité de Huahine : la pêche à travers des parcs à poissons. Une structure de corail en forme de V piège les poissons lors des marées et il devient plus facile de les attraper. Malin !

L’extrémité nord-est de l’île abrite de superbes plages et un autre Marae, isolé. Sa situation est idyllique à côté d’une très belle plage !

Les motus s’enchaînent sur la côte Est et j’en profite pour faire une visite de ferme perlière. Pour obtenir un bijou de nacre noir, typique de la Polynésie, il faut plusieurs mois, une bonne connaissance de la biologie marine et une attention particulière. Le résultat varie aussi en fonction de la chance et il y en a pour tous les budgets.

Bien qu’il ne s’agisse pas de La Réunion ( 😉 ), de nombreuses vanilleraies sont présentes sur Huahine. Je découvre la minutie nécessaire et l’importance du temps pour transformer les fleurs d’une liane en une gousse si odorante que j’aime tant.

Après un repas bien arrosé (de pluie ou de vin, si tu as lu ce qui précède, tu te doutes de la réponse … ), je visite un autre marea, dans l’extrême sud. Celui-ci contient de nombreuses pierres levées d’origine volcanique et des kitesurfeurs s’amusent à proximité.

Vous reprendrez bien un petit peu de pluie et de jolis paysages côtiers sur le retour ? 🙂

Le dernier jour, sentant que mon pied pourrait tenir le choc, je me lance dans l’aventure « randonnée ». J’ai repéré un point de vue qui doit valoir le coup. Alors que la montée commence en douceur pour atteindre un relais de télécommunication, ça se gâte très vite par la suite.

D’en haut, la vue y est absolument superbe mais je te déconseille (fortement) d’y aller pourtant : trop dangereux ! Surtout lorsqu’il pleut ! Ça glisse franchement et la pente est impressionnante. Certains passages ressemblent plus à de l’escalade qu’à de la marche.

Après la pluie sur Raiatea, j’ajoute ma première blessure du voyage sur Huaine (en gardant la pluie tant qu’à faire 😉 ). Sans oublier la perte de mon appareil photo sur Tahiti. Je vais positiver, à Moorea, ma prochaine île, tout va bien se passer 😉 😀

INFORMATIONS PRATIQUES

Auberge de jeunesse : .

  • Sur Raiatea, camping au Sunset Beach Motel. L’un des meilleurs campings de ma vie ! Sanitaires décorés de fleurs fraîches tous les jours, cuisine gigantesque, emplacement sous les cocotiers (attention aux noix de coco 😉 ), ponton pour aller à l’eau, prêt gratuit (!) de tout l’équipement pour le snorkeling mais aussi des kayaks pour se balader. En plus, les proprios sont très agréables et ils assurent la navette jusqu’à l’aéroport (gratuitement aussi !) Franchement, que demander de plus ? Plus de confort ? Pas de soucis, il ont des bungalows qui semblent sympathiques avec vue sur le lagon. Pour chaque nuit en tente, compte 1550 XPF (sans doute plus pour les bungalows 😉 )
  • Sur Huahine, auberge de jeunesse dans un dortoir de 10 pour 2 000 XPF. Cuisine sympa et sanitaire propre, l’auberge fait aussi bar et restaurant. Parfaitement central en ville. Ajoute 500 XPF pour un transfert à l’aéroport à quelques kilomètres de là.

Déplacement : Pour la location d’un scooter à la journée, compte 4 000 XPF environ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.